we sign it - Brésil 2014 : Nos vies valent plus que le Football !

Brésil 2014 : Nos vies valent plus que le Football !

Avec une ordonnance du Tribunal, la police a expulsé 2000 familles de leurs foyers dans la zone proche du Stade Maracana, pour "des mesures de sécurité" et des "travaux de modernisation", en vue de la Coupe du monde 2014. La plupart des personnes expulsées sont des familles avec de jeunes enfants. Nous signons cette pétition pour montrer notre soutien aux familles expulsées.

Nous demandons au maire de Rio Eduardo Paes, le gouverneur de l’Etat de Rio Luiz Fernando de Souza (Pezão) et au président de la FIFA Joseph Sepp. Blatter d’arrêter cette honte

S'il vous plaît signer et  partager

Cette vidéo, par Paula Kossatz et Katja Schilirò, document traduit est le témoignage d'une femme sans abri, qui occupe l'hôtel de ville de Rio, en signe de protestation après être expulsés sous la menace de son domicile.

"Expulsés de Rio de Janeiro :

Il s'agit d'une honte ! Ils le font partout à nouveau ! En silence, du jour au lendemain ! Les politiciens comme Eduardo Paes (maire de Rio) et Pazao (gouverneur de Rio) l’ont commandé et a ordonné !

Ils demandent d’expulser et frapper nos enfants ! Au lieu de fournir des maisons ? Au lieu de virer cette merde UPP( unité de police de pacification) hors de nos communautés ?

 

Ils nous oppriment  juste avec cette connerie ! (de foot)

Nous n'avons pas tous des  bâtons ! Nous n'avons rien pour vous confronté (la police)  Vous êtes une bande de lâches ! Vous êtes pires que tranchée! (caniveaux)  »

Au nom de la Coupe du monde de la FIFA, le gouvernement a créé le projet UPP –( unité de police de pacification –) dans certains bidonvilles (favelas), de Rio.

L'UPP a simplement définie certains policiers militaires à l'intérieur des favelas de faire semblant de que Rio n'est pas une ville violente.

Après tout, la FIFA et les sponsors de la Coupe du monde besoin de ce genre de maquillage.

 

Avec la « pacification » des favelas, frais de loyer ont augmenté tellement que les pauvres ont été contraints de quitter leurs maisons et occupent des bâtiments abandonnés sur la ville.

 

Cette femme est l'un des sans-abri de la nouvelle coupe du monde.

 

Partout, les gens vont, le gouvernement envoie sa police militaire pour les expulser avec l'utilisation de la force et la violence. Ces personnes occupaient le trottoir à côté de l'hôtel de ville, se battent  pour leurs droits après être expulsés à la base dans d’un bâtiment abandonné d’une compagnie de téléphone (nommé Oi)

C'est le Brésil sous une dictature au nom du méga-événements... » (la coupe du monde de foot)

 

Signer

Diffusez auprès de votre entourage